Saint Joseph La Salle Pantin

Notre Établissement

L’école a été fondée en 1878. Elle s’est installée 12, avenue du 8 mai 1945 en 1969. Elle est animée par les Frères des Ecoles Chrétiennes depuis l’origine.

Saint-Joseph est un établissement catholique d'enseignement et appartient au réseau lasallien constitué de 150 établissements à travers la France, 900 à travers le Monde. Aujourd’hui Frères et Laïcs animent ensemble ces établissements.

L’Ecole et le Collège sont liés à l’Etat par Contrat d’Association.

Le réseau Lasallien est constitué de tous les établissements créés par les Frères des écoles chrétiennes, à la suite de Saint Jean-Baptiste de La Salle, leur fondateur.

 
retour en haut de page
 
Saint Jean Baptiste de La Salle
 

Saint Jean-Baptiste de La Salle (1651-1719), prêtre de Reims, fondateur de l'Institut des Frères des Ecoles Chrétiennes.

Au 17ème siècle, attentif à la détresse humaine et spirituelle des enfants des artisans et des pauvres, il se consacre à la formation de maîtres d'école, les réunit en communauté et leur donne le nom de Frères.

De nos jours, adultes ou jeunes, travaillent avec les Frères dans plus de 80 pays du monde, à l'éducation humaine et chrétienne d'enfants, d'adolescents et de jeunes de tous niveaux et de tous milieux.

"Qu'ils instruisent avec toute l'application possible tous les écoliers dont ils sont chargés, qu'ils n'en négligent aucun, et que l'application qu'ils ont soit égale envers tous et plus grande même à l'égard des plus ignorants et des plus négligents".
(Jean-Baptiste de La Salle)

 
retour en haut de page
Le projet éducatif

Le projet éducatif lasallien

Il constitue la base du contrat d'éducation qui lie et guide les personnels de l'établissement, les familles et les élèves, dans la poursuite d'un objectif commun :
le développement global de la personne du jeune dans ses dimensions intellectuelle, corporelle, affective, sociale, morale et spirituelle.

Vouloir une école ouverte à tous

Quelles que soient leurs origines ethniques, sociales ou religieuses, constitue un véritable défi qui ne peut être relevé qu'à une triple condition : le respect de chacun, l'acceptation de caractère spécifique de l'établissement lasallien, l'engagement de tous.

Avec et pour les jeunes

L'Ecole lasallienne est au service des jeunes et prioritairement des pauvres.
Elle place les enfants et les jeunes au centre de son organisation et de ses préoccupations
Elle a le souci d'aider les enfants et les jeunes en difficulté

Ensemble et par association

L'Ecole lasallienne conçoit l'éducation comme une œuvre collective
Elle développe le travail en équipe
Elle développe le partenariat

Construire l'homme et dire dieu

L'école lasallienne veut éduquer en enseignant et évangéliser en éduquant.
Elle s'efforce de donner aux jeunes des repères pour la construction de leur personnalité
Elle offre à chacun la possibilité de construire son identité en relation avec le Dieu de Jésus-Christ

Le réseau Lassallien en France : 150 lieux d'implantation

65 écoles primaires
85 collèges
57 lycées généraux, technologiques, professionnels, agricoles, dont 31 avec des classes préparatoires ou sections de techniciens supérieurs.
2 écoles d'ingénieurs
1 centre de formation pédagogique
10 institutions spécialisées et centres d'accueil.
23 centres de formation permanente.

Pour en savoir plus sur Jean-Baptiste de La Salle, sa vie, ses œuvres, l'action éducative lasallienne, les propositions de formation et d'animation, le réseau lasallien et ses productions s'adresser à :

Association La Salle, 78 A, rue de Sèvres 75341 PARIS Cedex 07
Tél. 01.44.49.36.15 - Fax. 01.45.67.43.43 - Site Internet : http://www.lasalle-fec.org
 
retour en haut de page
Histoire de l'établissement

L’école Saint Joseph a été construite en 1878 par les Frères des Ecoles Chrétiennes appartenant à la congrégation fondée par saint Jean-Baptiste de la Salle au XVII ème siècle.

Une bienfaitrice nommée mademoiselle Rolland-Gosselin

Par une lettre datée du 27 mai 1874, Monseigneur d’Hulst, alors Vicaire Général de Paris avant de devenir en 1880 le fondateur et le premier Recteur de l’Institut Catholique de Paris, écrivait au Frère Assistant du Supérieur Général des Frères chargé de la région :

« Permettez-moi de recommander à tout votre zèle l’affaire de Pantin. Il y a là un bien sérieux à faire, un grand mal à éviter. Cela vaut vraiment la peine de faire tout le possible et une partie de l’impossible. »
Faute de sujets disponibles une réponse négative fut donnée à cette requête de l’illustre prélat.

Il faudra attendre 4 années pour que cette affaire de Pantin trouve une heureuse solution. En ce temps-là dit la chronique une bienfaitrice, une protectrice des faibles et des petits vivait à Pantin en une propriété qui donnait sur le canal. Cette banlieue nord-est devait encore être charmante. La révolution industrielle n’y avait pas encore tressé sa couronne d’usines hérissées de hautes cheminées autour de la capitale.

La bienfaitrice avait nom Mademoiselle Roland Gosselin, tante de Monseigneur Roland-Gosselin, futur évêque de Versailles. Le 9 avril 1878, elle fit don de sa propriété de 3644 m2, située au 143 de la rue de Paris (avenue Jean Lolive) à Mgr l’Abbé Labat, curé de saint Germain de Pantin qui y bâtit une école de 3 classes.

Arrivée des frères à Pantin

Le 1 er octobre 1878, une équipe de 5 Frères ayant à sa tête le Frère Antélius fut chargée d’ouvrir l’école. A en croire les registres d’inscriptions elle fonctionna avec 30 élèves durant la première année. L’école est alors gratuite. Le Frère Directeur dut abandonner la Direction dès la fin de l’année scolaire, sans doute malade, car il mourrait en 1880 à la suite d’une grave maladie.

L’école ne possède pas de statistiques sur l’évolution de l’établissement durant la première décennie. Mais en 1889, les enfants devenant très nombreux, le Frère Alode Marie, troisième directeur, obtint de Melle Roland Gosselin, 2 classes supplémentaires. Mais elle se refusa à augmenter le traitement global des maîtres. On dut pour permettre à ceux-ci de vivre, faire appel à la rétribution scolaire.

En 1890, la propriété passe à la Société d’Athis Mons, bien géré directement par la Maison Mère des Frères qui se trouvait à cette époque Rue Oudinot, dans le 7 ème arrondissement de Paris. Elle fit édifier aux dernières années du 19 ème siècle, les bâtiments, rue du canal.

Loi anticongreganiste

Puis ce sont les lois antireligieuses contre les congrégations enseignantes des années 1903 – 1904. Les 75 écoles des Frères de Paris furent fermées. L’institut n’ayant plus d’existence légale.

Après la sécularisation

L’école de Pantin fut vendue en octobre 1909 à Monsieur Marette, bienfaiteur rouennais – prête-nom de nombreux rachats d’écoles spoliées par les dites lois – en attendant des jours meilleurs.

Il est difficile de suivre l’évolution de la maison durant ces périodes troubles car les chroniques sont rares. Les Frères ont dû se séculariser sur place pour maintenir l’œuvre, vivre dans l’anonymat. Mais ils sauveront l’école contre vents et marées.

En 1929, c’est la construction du corps du bâtiment entre les classes et la maison du 139 rue de Paris. Ces transformations favorisèrent des œuvres paroissiales, comme les Patronages, avec ses multiples activités, les cercles d’hommes ou d’étudiants. La générosité de M. le Curé permit l’installation du chauffage central dans toute la maison, y compris les classes.

Le 1 er janvier 1930, la maison de Pantin devient propriété de la Province de Paris et fait partie désormais de la Société de Vaugirard.

De la rue du Canal à la du 8 mai 1945

Après la guerre, on assiste au développement de la scolarisation, à la poussée démographique en France. La maison ne répond plus ni au besoin de la population scolaire ni aux exigences d’une maison d’éducation moderne. Il fallait songer à reconstruire.

En 1948, Premières rumeurs d’expropriation. Celle-ci est envisagée pour 1951. L’école pourrait être transportée près de l’église, de l’autre côté de l’avenue.
La partie du terrain située près du canal est mise à la disposition de la paroisse qui pourra y construire une salle d’œuvres.

1950 - 1965 L’école saint Joseph vit des heures difficiles. Elle est menacée de fermeture… et voici que l’école va être la première bénéficiaire du renouveau suscité par le Concile et le Chapitre Général des Frères en 1966.

On n’y avait beaucoup parlé des pauvres, des secteurs défavorisés … Il fallait passer aux actes … La région parisienne est le champ idéal aux expérimentations. La Province de Bretagne fut sollicitée pour prêter main forte à cet effort d’évangélisation … et en 1966, un beau matin, 5 Frères vinrent de l’Ouest continuer l’œuvre de Pantin.

Dès leur arrivée, dans leur ferveur de pionniers et aussi devant les mutations rapides de cette région industrielle de la banlieue nord-est de Paris, la nouvelle équipe reprit les anciens projets de construction … et ce furent les 4 années de direction du Frère Pungier.

En 1969, Entouré d’une poignée d’anciens élèves et de nombreux amis qui y croyaient, d’une association de parents dynamique, il vit surgir de terre le bâtiment du 12 avenue du 8 mai 1945. Le nouveau saint Joseph accueille 488 élèves à la rentrée.

30 années de croissance

Entre 1969 et 1999, l’école saint Joseph passe de 17 à 40 classes, de 488 élèves à 950 élèves.
Les tableaux joints en annexe démontrent cette évolution.
L’école occupe successivement :

  • Un site, rue du 8mai (1969),

  • Puis deux (1971 - Ecole Sainte – Marie, rue d’Estienne d’Orves) L’école Sainte-Marie tenue par les sœurs de Saint-Vincent de Paul est dévolue aux Frères des Ecoles Chrétiennes. L’école maternelle et le CP s’y installent.

  • Puis trois (1974 – acquisition du gymnase, rue Jean Nicot), avant la construction en 1989, d’un nouveau bâtiment pour abriter un nouveau gymnase et la SES / SEGPA.

On peut ajouter :

  • Les Antennes Mobiles,

  • Le terrain d’horticulture à Presles (95) puis à Epinay Sur seine.

Du collège unique au collège pour tous

Entre 1975 – 1995
Peu à peu, les réformes pédagogiques, les choix éducatifs amènent à scolariser au collège, tous les types d’élèves et le plus longtemps possible.

C’est pour cette raison que le collège croît régulièrement, développant et adaptant ses structures, poussant en avant ceux qui ont le plus de facilité, soutenant ceux qui ont le plus besoin d’aide.

1989 marque une étape importante ; Saint Joseph est le premier établissement de l’enseignement catholique d’Ile de France à ouvrir une structure adaptée aux élèves en grande difficulté : la S.E.S. (section d’enseignement spécialisé) devenue aujourd’hui la S.E.G.P.A. (section d’enseignement général et professionnel adapté).

 
retour en haut de page

Le réseau Lassallien en France : 150 lieux d'implantation

65 écoles primaires
85 collèges
57 lycées généraux, technologiques, professionnels, agricoles, dont 31 avec des classes préparatoires ou sections de techniciens supérieurs.
2 écoles d'ingénieurs
1 centre de formation pédagogique
10 institutions spécialisées et centres d'accueil.
23 centres de formation permanente.

Pour en savoir plus sur Jean-Baptiste de La Salle, sa vie, ses œuvres, l'action éducative lasallienne, les propositions de formation et d'animation, le réseau lasallien et ses productions s'adresser à :

Association La Salle, 78 A, rue de Sèvres 75341 PARIS Cedex 07
Tél. 01.44.49.36.15 - Fax. 01.45.67.43.43 - Site Internet : http://www.lasalle-fec.org
 
retour en haut de page
OGEC
Conformément aux statuts de l’Enseignement Catholique, l'OGEC (Organisme de Gestion de l¹Enseignement Catholique) est une association loi 1901 qui donne à l’établissement son existence juridique et qui a pour but d'offrir à la Communauté éducative les conditions matérielles optimales qui permettent la réalisation du projet d'établissement.

Le rôle de l'OGEC s’exerce dans trois domaines principaux :

¨ Gestion économique et financière de l¹établissement.
¨ Gestion sociale en tant qu’employeur du personnel non-enseignant.
¨ Gestion immobilière (entretien des bâtiments scolaires, construction).

Président Jean-Jacques HAUTEFEUILLE
 
retour en haut de page
Organigramme
 
 
retour en haut de page
Taxe d'apprentissage
 
retour en haut de page
Fete Groupe Scolaire Saint Joseph Vendredi 17 juin 2016 et Samedi 18 juin 2016.

Exceptionnelle !
Probablement la plus belle fête de fin d’année que nous ayons connue depuis plusieurs années ! Un flux incessant de visiteurs de 10h00 jusque vers 18h30. 
Des files d’attentes à tous les stands !
La buvette qui ne désemplit pas !
Une vraie ambiance de fête !
Et des familles faisant la queue pour remercier !

Toute cette joie partagée grâce à l’implication des enseignants, de la vie scolaire, de la pastorale, de l’Apel, des anciens et ... des élèves !
Quel éducateur pourrait rester insensible en voyant ses élèves jouer la comédie, chanter, danser et s’amuser ?
Et n’est-ce pas cette dimension humaine, familiale, qui fait que le privé n’est pas exactement comme le public ?
Merci à toutes celles et ceux qui ont rendu possible cette fête et mis ainsi en œuvre nos fondamentaux.

Mon souhait est qu’ils soient encore plus nombreux l’an prochain !

Fabien Madert
Chef d'Etablissement Coordinateur

 
Les Spectateurs arrivent, prennent place..... Que le Spectacle commence.
Vendredi 17 juin 2016
Pour leur avant première, les Gosses de Saint Jo se sont produits devant leurs camarades de 6ème " Des Francs Bourgeois - La Salle ".

Nos artistes sont en pleines répétitions. Nous vous attendons nombreux pour les applaudir les 17 & 18 juin 2016. " Pagaille en répétition "

Pierre-Gilles, Pédro, Eloïne, Pierre, Ghazi, Claudia, Anaïs, Manon, Lucas, Elsa, Manel, Mathilde, Ludywine, Mélanie, Lina, Maéva, Djeneba, Pimwalunch, Lorine.

FETE DE FIN D'ANNEE
Samedi 18 Juin 2016
demandez le programme ...
  •   9h00 Ouverture du Bar/Resto de l’APEL.
  •   9h45 Célébration eucharistique (sur la cour).
  • 11h15 Représentation chorégraphique des classes de maternelle, CP (sur la cour).
  • 11h45 Lâcher de ballons, ouverture des stands de la kermesse.
  • 13h00 Ouverture : Exposition d’art plastique et des photos des voyages des classes de 5ème et 4ème (Au CDI et en salle d’étude du collège).
  • 13h00 Séance théâtrale des classes de CE1 A et B (au restaurant scolaire).
  • De 14h00 à 17h Les talents des élèves de Saint Joseph La Salle « musiciens, chanteurs, danseurs…» (sur la cour).
  • 14h00 Séance théâtrale des classes de CE2 A et B (au restaurant scolaire).
  • 15h00 Séance théâtrale des classes de CM2 A et B (au restaurant scolaire).
  • 16h00 Séance théâtrale des classes de CM1 A et B (au restaurant scolaire).
  • 17h00 Chorale du Groupe scolaire Saint dirigée par Madame Relli.
  • 17h30 Tirage de la tombola (sur la cour).
  • 18h00 Karaoké (sur la cour au bar de l’A.P.E.L).
  • 19h30 Dîner spectacle avec la troupe « Les Gosses de Saint-Jo ».

Les Gosses de Saint Jo présentent " Répétition Meurtrière à Basse-Terre "
& En avant première " Pagaille en répétition "

              
Les élèves de l'atelier théâtre, mené par Mme Brigitte Dopp, vous convient à leur représentation du

vendredi 17 juin 2016 et au Dîner spectacle du samedi 18 juin.

Nos artistes sont en pleine phase finale des répétitions.
" Pagaille en répétition " : Pierre-Gilles, Pédro, Eloïne, Pierre, Ghazi, Claudia, Anaïs, Manon, Lucas, Elsa, Manel, Mathilde, Ludywine, Mélanie, Lina, Maéva, Djeneba, Pimwalunch, Lorine.
" Répétition Meurtière à Basse-Terre " : Victoria, Adriana, Laurence, Julie, Kilala, Alexandra, Laure D., Laure X., Flora, Marie, Sam, Ilhan, Assane, Téo, Fred, Isaac, Enzo.

Echange Théâtrale

Un « échange » original aura lieu entre les Francs-Bourgeois et JLS.  Vendredi 17 juin 2016, nous recevrons deux classes de 6ème des FB qui assisteront au spectacle de fin d’année des « Gosses de St Jo ». En retour, le lundi 20 juin, à 16h00, les « Gosses de St Jo » iront assister, aux Francs-Bourgeois, au spectacle de fin d’année de la troupe des Francs-Bourgeois. Belle initiative de nos enseignants qui renforcent nos liens en réseau, enrichissent l’expérience théâtre, et ouvrent de nouveaux horizons à nos jeunes ! Bravo et merci !
Copyright © 2013
Ecole & Collège Saint Joseph Pantin La Salle à Pantin